Par Jeff Foster

Arrête d’essayer de te guérir, de te corriger, et même de t’éveiller. Arrête d’essayer d’accélérer le film de ta vie. Lâche prise au « lâcher-prise » . La guérison n’est pas une destination. Sois ici. Ta douleur, tes peines, tes doutes, tes désirs, tes pensées de peur : ce ne sont pas des erreurs et ils ne demandent pas à être guéris. Ils demandent à être embrassés. Ici, maintenant, avec légèreté, dans les bras aimants, les bras guérisseurs, de la conscience présente.

Comment aider

Peut-être il est temps d’arrêter d’essayer de « réparer » l’autre en face de toi, d’arrêter d’essayer de lui donner des réponses ou de résoudre ses problèmes. Tu n’es pas très bon pour ça l’ami. Ta nature n’est pas de manipuler mais d’être présent; pas la division mais l’intégrité.  Peut-être est-il temps d’arrêter de prétendre être l’autorité qui sait tout, l’enseignant infaillible, l’expert complètement guéri. Même avec les meilleures intentions, tu pourrais sans le savoir interférer avec les processus de leur guérison naturelle. Tu pourrais les maintenir dépendants de toi, en les détournant d’une profonde confiance en leur expérience de première main. Rappelle toi, ils peuvent avoir le besoin de se ressentir plus mal avant de se sentir mieux. Ils peuvent avoir besoin de ressentir leur douleur plus profondément avant de s’ouvrir à la véritable source de la guérison. Ils peuvent avoir besoin de mourir à qui ils pensaient être, avant de pouvoir vraiment vivre. Ce qui est vrai pour eux, est vrai pour toi. Reconnais ton désir de les changer, de les guérir ou de les pacifier. Maintenant écoute simplement sans jugement et essaie de comprendre là où ils en sont maintenant. Mets toi à leur place.  Peut-être la plus grande aide que tu puisses offrir maintenant est ta clarté et ton attention sans jugement, ton intérêt, ton compréhension, ta curiosité. Transmets ça. Sois cette présence. Offre cette ouverture.

La vraie compréhension

Quand un ami cher est dans la douleur, quand son coeur sensible et doux est brisé et largement ouvert, que son monde tourbillonne hors de contrôle, et qu’il ne sait pas où se tourner, parfois la simplicité fait des merveilles. Souvent un simple et authentique « je comprends » exprimé véritablement peut suffire. Car tu es humain toi aussi, et tu as connu la douleur du chagrin, tu as ressenti l’effondrement des mondes, tu as aussi touché le chaos tapi sous la surface des choses. Et ainsi tu peux dire à ton ami : « Je t’entends. Je te vois. Je suis ici avec toi maintenant« , et simplement pour un moment tu peux être avec lui, le comprendre, littéralement « le prendre en toi » et simplement pour un moment, tu peux honorer la situation où il est, même si tu n’es pas en accord avec ses choix. Et parfois c’est là où une grande guérison peut commencer, ce lieu où vous vous tenez ensemble, ce lieu où vous n’êtes pas séparés.

Respirer ensemble

C’est facile d’enseigner, de prêcher, de donner des réponses apprises par coeur. C’est facile d’être un expert. C’est plus difficile d’écouter, d’écouter vraiment. D’être tranquille et d’écouter. De donner de l’espace à quelqu’un. De le recevoir dans la totalité de ton être. Quand tu penses que tu sais ce qui est « mieux » pour quelqu’un, quand tu es excité par ta propre vision, quand tu veux te précipiter pour donner de grands conseils, respire profondément. Ralentis. Aie confiance. Ton ami peut ne pas avoir besoin ce qui est le « mieux » là maintenant. Il peut simplement juste avoir besoin de toi. L’affinité peut être le plus puissant des remèdes. Parfois de vraies réponses émergent quand on permet aux questions de respirer.

Tourne ta lumière vers le haut

   Commandez le livre aux                Editions Almora

Quand une personne t’insulte, te réduit à une chose, quand elle t’offre un conseil que tu n’as pas demandé, quand elle te critique pour la douleur qu’elle ressent, quand elle ne t’écoute pas, et sans fin parle d’elle-même, quand elle te compare avec les autres, quand elle t’ignore, te casse, te juge, ou ridiculise tes pensées et tes sentiments… Arrête toi. Respire. Ressens tes pieds en contact avec la Terre sacrée. Ressens la sécurité qu’il y a dans ce moment. Sache que c’est sa douleur, pas la tienne. Sache qu’elle est en train de rêver le seul rêve auquel elle puisse rêver avant de se réveiller. Sache qu’elle ne connaît pas le moi réel, et qu’elle ne connaît qu’un fantasme.

Peut-être qu’elle trouve difficile de s’aimer soi-même. Peut-être qu’elle est à la recherche de sa dignité, de sa valeur à l’extérieur. Peut-être qu’elle est déconnectée de sa respiration, de son corps, de sa précieuse vie, de son véritable appel, de son chemin. Peut-être qu’elle vit dans un monde dualiste de bien et de mal, de juste et de faux, de succès et d’échec. Peut-être qu’elle a oublié la simple joie d’être.  Peut-être le comprends-tu. Peut-être as-tu été là où elle a été. N’essaie pas de la changer maintenant. Elle peut ne jamais changer. N’essaie pas de la guérir. Elle ne demande pas à être guérie là maintenant, à l’évidence. Plus tu forces, plus elle force dans le sens inverse. Ne t’empêtre pas dans la toile de ses chagrins. Vois clairement, aie de la compassion, mais ne force pas. C’est très bien qu’elle soit contrariée, donne de l’espace à sa contrariété. C’est très bien que tu la déçoives. Donne lui de l’espace. C’est très bien qu’elle te juge. Fais de la place pour ses jugements aussi. Fais de la place pour ce que tu penses et ressens, toi ! Autorise toi à te sentir triste, en colère, coupable, dans le doute. Laisse toutes ces précieuses énergies te laver en passant à travers toi. Elles ne blessent pas quand on leur permet de bouger. Ne blâme pas l’autre pour tes sentiments, garde-les près de toi, ce sont tes enfants. Oui tu vas rencontrer de nombreux gardiens lors de ce voyage, de nombreux opposants systématiques, de nombreux juges. Continue ton chemin de toute manière, et permets aux autres de continuer le leur. Tu n’as pas besoin de justifier ton chemin ni de le défendre. Reste proche de toi-même en ces temps difficiles. Ne combats pas l’obscurité; elle n’a de toute façon pas de pouvoir. Tourne simplement ta lumière vers le haut, bien vers le haut.